Info

Régime alimentaire pour un patient brûlé


La période de récupération après une brûlure grave implique une réparation tissulaire intensive, une prévention des infections, une réanimation liquidienne et un remplacement des éléments nutritifs. Sans une supplémentation adéquate en calories, en liquides et en nutriments, le patient brûlé ne peut pas guérir correctement et présente un risque accru de contracter une infection potentiellement mortelle. Le régime alimentaire des brûlés est un acte d'équilibre qui implique des efforts vigoureux, une surveillance attentive et une réévaluation constante.

Besoins caloriques

Une grave brûlure met le corps dans un état d'hypermétabolisme qui peut durer plusieurs semaines, selon l'Agence pour l'innovation clinique. Pendant cet état de métabolisme excessif, les calories sont brûlées à un rythme beaucoup plus rapide - le corps a donc besoin de consommer plus de calories pour conserver suffisamment d'énergie. Plusieurs formules existent pour calculer les besoins caloriques chez les patients brûlés. Ces formules tiennent souvent compte de la taille, du poids, de l'âge, de la surface corporelle totale brûlée et du niveau d'activité actuel du patient.

Protéine

La protéine est le nutriment principalement utilisé pour la cicatrisation des plaies. Par conséquent, les besoins en protéines de l'organisme augmentent lors de la guérison d'une brûlure. Selon l'Agence pour l'innovation clinique, environ 20 à 25% de l'apport calorique quotidien du patient devrait provenir de protéines. Les acides aminés dans les protéines sont nécessaires à la synthèse du collagène, utilisé pour réparer et remplacer les tissus endommagés. Un apport protéique adéquat est également essentiel au maintien de la fonction des organes et à la santé du système immunitaire.

Vitamines

Le régime alimentaire des patients brûlés doit être riche en vitamines A et C. La vitamine A maintient le système immunitaire en bon état et aide à la croissance de nouveaux tissus, tandis que la vitamine C contribue à la formation de collagène et au fonctionnement du système immunitaire. Le patient peut également avoir besoin de suppléments de vitamine D, de calcium, de zinc et de cuivre pour assurer la sécurité des os et des tissus.

Réanimation liquidienne

La formule de Parkland est fréquemment utilisée pour calculer la quantité de liquide nécessaire pour réanimer correctement un patient brûlé. Selon la formule, un patient devrait recevoir 4 millilitres de liquide par kilogramme de poids corporel multiplié par le pourcentage de la surface corporelle qui a été brûlée. Le patient reçoit la moitié de ce montant total au cours des huit premières heures et la moitié restante au cours des 16 heures suivantes.

Oral vs intraveineux

Dans la mesure du possible, les aliments buccaux sont préférés chez les patients brûlés. Si un patient est incapable de mâcher ou d’avaler des aliments, l’alimentation liquide peut être administrée par un tube qui se déplace de la bouche ou du nez à l’estomac. Ces types d'alimentation sont préférés à la nutrition par voie intraveineuse, car ils préservent la fonction du système gastro-intestinal. Cependant, si l'alimentation orale ou par sonde ne fournit pas suffisamment de calories ou d'éléments nutritifs, une nutrition parentérale totale par voie intraveineuse est nécessaire.

Les dangers

La thérapie nutritionnelle pour un patient souffrant de brûlures ne devrait être pratiquée que sous la surveillance attentive d'un médecin, d'un diététicien ou d'un nutritionniste. Des complications peuvent survenir si le traitement est mal administré. Ces complications comprennent notamment le syndrome de réalimentation, la nécrose intestinale, la suralimentation et la déshydratation.